COMMUNIQUE DE PRESSE du  02 août 2012 

 

LA SANTE AU RABAIS   

 

   Le syndicat CGT du Centre Hospitalier de l’Agglomération Montargoise dénonce la situation de manque de moyens imposée par la Tutelle : l’Agence Régionale de Santé a poussé le CHAM à réduire les dépenses de personnel en dessous d’un taux d’évolution de 1,2%.


   Comment vont-ils décliner ces économies? Avec encore moins de postes d’agents, des conditions de travail dégradées, des déroulements de carrière ralentis, nos primes annuelles amputées … ?


   Les besoins sanitaires identifiés par les médecins de l’établissement  ne sont pas respectés : il manque plusieurs postes de médecins : un urologue, un cancérologue, un pédiatre, un urgentiste, un gériatre et un chirurgien du pied … la liste est exhaustive !


   Dans un contexte de manque crucial de médecins généralistes, les patients ne trouvent pas les conditions d’accueil attendues. Aussi, la population a du mal à trouver un praticien pour des soins dentaires ou d’ophtalmologie en ville, et l’hôpital ne propose rien ou presque pour pallier à ces défauts de prise en charge.

 

   Dans tous les services du CHAM, toutes les catégories d’agents sont touchées par les manques de personnel : Infirmiers, Aides-Soignants, ASH, Agents Logistiques, Administratifs et Secrétaires …


Les formations et concours en interne sont rarissimes, notre budget formation ne permet pas d'envoyer les candidats reçus au concours d'admission des études d'aide-soignant ou d'infirmier. C'est l'hôpital qui s’asphyxie lui même !


L’entretien des locaux, des ascenseurs, du matériel biomédical sont source de problèmes quotidiens. Il manque de financement pour la maintenance, les réparations ou l’achat de matériel neuf.

La direction et la Tutelle de l’ARS cherche à nous habituer à cette pénurie : faute d’autre alternative, il faut accepter de «travailler en mode dégradé ».


   Comment peut-on accepter de soigner les patients au rabais, sans les moyens nécessaires à l’hygiène, la sécurité et la dignité des patients ?

   Les patients arrivant à l’hôpital en situation de faiblesse, parfois de détresse doivent-ils pâtir d’une mauvaise organisation due aux économies forcenées imposées aux Urgences, jusque dans les services de maternité, de médecine ou de personnes âgées ?

   Les agents de la Salle d’Urgences et de la Psychiatrie ont signifié qu’ils pourraient se mettre en grève si leurs conditions de travail ne s’amélioraient pas rapidement.


   Au CHAM, les réactions de mécontentement sont multiples et le Directeur commence tout juste à montrer une inflexion de son autoritarisme dans certaines affaires en cours :

   La CGT a pointé à plusieurs reprises des différents, des litiges, des départs de personnels sur les secteurs des Consultations Externes, de l’Equipe Mobile de Soins Palliatifs et à l’Institut de Formation en Soins Infirmiers.


   Sous Sarkozy était initiée la Réforme Territoriale de la Santé avec pour conséquences de plus grandes difficultés d’accès aux soins pour les patients par des fermetures de services (chirurgie de Pithiviers), des réorganisations avec économies drastiques et pour les patients des augmentations du coût des prestations( forfait hospitalier, laxisme sur les dépassements d’honoraires, etc.).


  Que l’on travaille à PSA, Alcatel, Sanofi, Doux ….ou à l’Hôpital …, il ne reste aux salariés et à la population que la solution de se mobiliser pour imposer une autre logique sociale.  

 

 

PAGE EN CONSTRUCTION   

 

TOUS LES LIENS NE FONCTIONNENT PAS 

         Des rubriques  sont encore vides

 

            Revenez  la visiter     dans quelques temps ...